Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



pm.réfl.clini .pdf



Nom original: pm.réfl.clini.pdf
Titre: 1Cairn.info
Auteur: 2Cairn.info

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par (Infix Pro) / FPDF 1.6 / PDF PT 3.30 (pdf-tools.com), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/05/2013 à 14:12, depuis l'adresse IP 41.137.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1263 fois.
Taille du document: 282 Ko (15 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


LE VIEILLISSEMENT DE LA MÉMOIRE :
Vieillissement normal et pathologique

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

* INSERM U320, LABORATOIRE DE NEUROPSYCHOLOGIE, CHU CÔTE DE NACRE, UNIVERSITÉ DE CAEN
** ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES (UMR CNRS 8581, UNIVERSITÉ RENÉ DESCARTES, PARIS 5 ;
INSERM U320, UNIVERSITÉ DE CAEN) CORRESPONDANCE : PROFESSEUR FRANCIS EUSTACHE, INSERM
U320, LABORATOIRE DE NEUROPSYCHOLOGIE, CHU CÔTE DE NACRE, 14033 CAEN CEDEX

Les troubles de mémoire sont quasi-constants chez les personnes
âgées. Nous détaillons dans cet article les différents aspects de ces
déficits au regard des modèles structuraux de la mémoire et
comparons la quantité et la nature des troubles mnésiques dans le
vieillissement normal et le vieillissement pathologique
(notamment la maladie d'Alzheimer). La mémoire épisodique et la
mémoire de travail (système central exécutif) sont les systèmes les
plus perturbés au cours du vieillissement normal, tandis que le
vieillissement pathologique, en plus de ces déficits qui sont plus
nombreux et de nature différente, affecte également
la mémoire sémantique.
NORMAL AND PATHOLOGICAL MEMORY AGEING
Memory troubles are virtually constant in elderly people.
The various aspects of memory deficits are described in this article,
based on structural memory patterns; comparison is drawn between
the amount and nature of amnesiac disorders in normal ageing
and pathological ageing (especially in Alzheimer’s disease).
Episodic memory and working memory (central executive system) are
the two most disturbed systems during normal ageing whilst, over and
above these deficits which are more numerous and of varying nature,
pathological ageing also affects semantic memory.

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 33

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

BÉNÉDICTE GIFFARD *,
BÉATRICE DESGRANGES *, FRANCIS EUSTACHE **

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

Les difficultés de mémoire sont les plus fréquemment mises en
avant parmi les modifications cognitives liées à l'âge. Un enjeu
important est de pouvoir distinguer les troubles de mémoire
caractéristiques du vieillissement normal de ceux associés au
vieillissement pathologique et en particulier à la maladie
d'Alzheimer (responsable d'environ 80 % des démences neurodégénératives dans la population âgée). Ne disposant pas encore à
l'heure actuelle d'un marqueur biologique permettant d'établir
avec certitude le diagnostic de maladie d'Alzheimer, celui-ci se
base essentiellement sur la mise en évidence de déficits cognitifs
et notamment mnésiques. Dans la maladie d'Alzheimer débutante,
ces déficits peuvent être aisément confondus avec le déclin des
performances mnésiques lié au vieillissement normal. C'est pourquoi, cette baisse du fonctionnement mnésique dans la population âgée, normale et pathologique, a fait l'objet de très nombreux
travaux expérimentaux et nous les considérerons en référence aux
modèles structuraux de la mémoire. Selon cette orientation théorique, la mémoire est constituée d'un ensemble structuré de plusieurs systèmes mnésiques ayant des substrats neuro-anatomiques
en partie distincts. Ainsi, en référence au modèle monohiérarchique de Tulving (1995), la mémoire épisodique et la mémoire de
travail sont les plus sensibles aux effets du vieillissement normal et
pathologique, à des degrés divers toutefois.

MÉMOIRE ET VIEILLISSEMENT NORMAL
* Voir la définition dans le
glossaire en annexe.

MÉMOIRE ÉPISODIQUE *
La mémoire épisodique *, permettant d’enregistrer les informations
autobiographiques situées dans un contexte temporel et spatial,
est le système le plus élaboré dans le modèle hiérarchique de
Tulving (1995). Fonctionnellement dépendant des autres systèmes,
il est aussi le plus fragile, le plus vulnérable à différentes pathologies ainsi qu’aux effets de l’âge. En effet, c’est la mémoire épisodique qui fait l’objet des plaintes spontanées des sujets âgés et les
diminutions objectivées lors des examens neuropsychologiques la
concernent en premier lieu.
Toute une série de recherches, s’appuyant sur des mesures de rappel libre, de rappel indicé et de reconnaissance de listes d’items
divers, l’attribuent à des troubles de l’encodage : les sujets âgés

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 34

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

LE VIEILLISSEMENT NORMAL ET PATHOLOGIQUE DE LA MÉMOIRE

Plus récemment, la « redécouverte » du concept de mémoire épisodique et la prise de conscience de l’insuffisance des mesures
classiques de laboratoire ont enrichi le domaine du vieillissement
normal de la mémoire. Outre la dimension encodage-stockagerappel, qu’il est d’ailleurs très difficile d’évaluer indépendamment
avec des tests de mémoire, l’accent a été mis sur la sensibilité à
l’âge de certains aspects de la mémoire épisodique, comme la
mémoire de la source. Pour certains auteurs, les effets de l'âge sur
la mémoire épisodique pourraient s'expliquer par des difficultés à
encoder ou récupérer le contexte d'une information dont le
contenu est préservé. Cependant, l'amnésie de la source surviendrait surtout chez les sujets très âgés. La mémoire du passé lointain,
au contraire, est considérée comme plus résistante aux effets de
l’âge que celle des événements récents, en particulier si les événements ont une coloration émotionnelle. Cependant, rares sont les
études qui ont distingué les aspects épisodiques des aspects
sémantiques de la mémoire autobiographique (mémoire des
connaissances et souvenirs personnels). Grâce au contrôle strict de
la nature des souvenirs, Piolino et al. (2000) ont montré que les
aspects épisodiques sont plus sensibles au vieillissement que les
aspects sémantiques de la mémoire autobiographique.

...
Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 35

...

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

auraient des difficultés à utiliser spontanément des stratégies de
traitement sémantique au moment de l'encodage, néanmoins ils
pourraient effectuer un encodage élaboré si les conditions de l'expérience l'indiquent explicitement. Les troubles de la récupération
constituent également une base explicative à l'affaiblissement des
performances observé dans les épreuves de mémoire épisodique :
cette hypothèse s'appuie principalement sur des performances
souvent meilleures en reconnaissance qu'en rappel libre ; cependant, la complexité de ces deux types de tâches est souvent
inégale, et cette différence apparaîtrait surtout au-delà de 70 ans
(Isingrini et al., 1995). Par ailleurs, le vieillissement normal affecte
les processus de récupération contrôlée, mais non les processus de
récupération plus automatiques, basés sur le sentiment de familiarité (Clarys, 2001). Le stockage ne semble pas mis en cause, comme
le suggère l’absence d’effet de l’âge sur le taux d’oubli ou sa faible
influence sur les performances de sujets âgés dans une tâche d’apprentissage d’une liste de mots en plusieurs essais, tout au moins
pour des intervalles de temps relativement courts.

LE VIEILLISSEMENT NORMAL ET PATHOLOGIQUE DE LA MÉMOIRE

LA MÉMOIRE DE TRAVAIL *

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

Quand ils existent, les effets de l’âge sur les tâches d’empan peuvent être dus à plusieurs facteurs, liés à la nature des processus
intervenant dans la tâche précisément utilisée. En effet, il s’agit
avant tout d’une épreuve de rétention « passive » d’un petit
nombre d’informations, impliquant la boucle phonologique ou le
calepin visuo-spatial selon le type de matériel, mais l’intervention
du système central exécutif et même de la mémoire à long terme
peut se produire, et dans ce cas entraîner un déficit de performances chez les sujets âgés. Une mesure plus pure des systèmes
esclaves montre leur préservation au cours du vieillissement normal (Belleville et al., 1996). En revanche, le système central exécutif
évalué à l’aide de tâches nécessitant à la fois la rétention et la manipulation d’informations, comme l’empan envers, se montre sensible aux effets de l’âge. Cette diminution des capacités du système
central exécutif, également mise en évidence dans le paradigme
de Brown-Peterson, explique en partie les difficultés rencontrées
par les sujets âgés dans des activités cognitives complexes et pour
certains auteurs, elle en serait même le principal responsable.

MÉMOIRE SÉMANTIQUE *
Des effets de l’âge ont été montrés sur la capacité à dénommer des
objets ou à produire un mot correspondant à une définition et le
phénomène du « mot sur le bout de la langue » augmente avec
l’âge. De façon encore plus nette, la fluence verbale diminue avec
l’âge. Cependant, ce déclin peut être lié à des modifications cognitives non spécifiques (activité auto-initiée, mise en œuvre d'une
stratégie, attention soutenue, rapidité de traitement cognitif et de
production orale). La diminution des performances des sujets âgés
dans ces différentes épreuves ne permet donc pas de conclure à
l'altération de la mémoire sémantique « per se », mais signale plutôt
des difficultés d’accès à des représentations sémantiques qui sont
longtemps intègres comme le montrent, par exemple, les tests de
vocabulaire, de connaissances générales ou les questions-sondes
portant sur les caractéristiques générales (« Est-ce qu'un mouton est
un animal ? ») et les attributs spécifiques des concepts (« Est-ce qu'un
mouton a une crinière ? ») (Eustache et al., 1998). Certains auteurs ont
même décrit une augmentation avec l’âge des performances dans
des épreuves de vocabulaire (Eustache et al., 1995), en particulier
si l’on élimine les effets du niveau d’éducation.

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 36

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

* Voir la définition dans le
glossaire en annexe.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

* Voir la définition dans le
glossaire en annexe.

EFFETS D'AMORÇAGE *
Les effets d'amorçage se traduisent par la modification du traitement d’un stimulus à la suite d’une présentation de ce même stimulus (effets d'amorçage direct) ou d’un stimulus apparenté (effets
d'amorçage indirect) et ce, à l’insu du sujet. De nombreuses études
ont souligné l’absence d’effet de l’âge sur les effets d’amorçage.
Quelques études ont rapporté un déclin (Small et al., 1995), lequel
peut être expliqué par le fait que les sujets sains se rendent compte
que le matériel a déjà été traité et s'engagent dans des stratégies
de rappel volontaire, ce qui favorise les sujets jeunes. Quand des
précautions sont prises pour réduire au maximum la participation
de la mémoire explicite, les scores des patients les plus âgés sont
strictement comparables à ceux des plus jeunes (Desgranges et al.,
1994).
Tulving et Schacter (1990) ont distingué l'amorçage perceptif (qui
s'appuie sur les caractéristiques perceptives des stimuli et non sur
leur signification) de l'amorçage sémantique (qui s'appuie sur la
signification du matériel). Lorsqu'il existe un effet de l’âge, il
concernerait davantage les effets d’amorçage sémantique que les
effets d’amorçage perceptif.

MÉMOIRE PROCÉDURALE *
La mémoire procédurale est évaluée par des épreuves dans lesquelles on propose au sujet d’acquérir une procédure (qui doit
donc être nouvelle) grâce à la répétition des essais, et sans recours
nécessaire au souvenir explicite. Malgré l'utilisation de méthodologies diverses expliquant certaines différences de résultats selon
les études, les travaux convergent généralement vers une préservation des capacités d'acquisition d'une procédure nouvelle, perceptivo-motrice (épreuve du Rotor test), perceptivo-verbale (tâche
de lecture en miroir) ou cognitive (épreuve de la tour de Hanoï).
Cependant, certains auteurs ont cherché à mieux comprendre la
dynamique de l’apprentissage procédural et la participation

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 37

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

Au total, l’organisation des connaissances sémantiques serait préservée au cours du vieillissement normal, mais l’exploitation de ces
connaissances pourrait être moins efficace chez les sujets âgés,
expliquant ainsi les difficultés à effectuer spontanément un encodage profond des informations en mémoire épisodique.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

d’autres composantes cognitives à la mise en place de la procédure. Ainsi, dans l’étude de Beaunieux et al. (soumis), la mémoire
déclarative, la mémoire de travail et les capacités perceptives et
psychomotrices étaient évaluées en parallèle avec les capacités à
résoudre le problème de la tour de Hanoï. Les auteurs ont conclu
à des modifications, avec l’âge, des stratégies utilisées pour parvenir à la solution de la tour de Hanoï, ainsi qu’à un ralentissement
de la dynamique de l’apprentissage. En effet, les sujets âgés parviennent plus tard que les jeunes à la « phase procédurale » qui
signe l’automatisation de la procédure et constitue la dernière
étape de l’apprentissage.
La prise en compte des caractéristiques des tâches mnésiques est
cruciale pour comprendre les résultats obtenus, mais d’autres facteurs, propres aux sujets, doivent également être intégrés. En effet,
l’existence d’une importante variation inter-individuelle des performances, à âge égal, a souvent été signalée dans la littérature et
cette variabilité semble même augmenter avec l’âge. Plusieurs
caractéristiques semblent déterminantes dans l’apparition de ces
différences interindividuelles, parmi lesquelles le niveau d’éducation, la mémoire épisodique, la mémoire de travail et la mémoire
sémantique y sont plus sensibles que les effets d’amorçage et la
mémoire procédurale. En outre, des sujets en bonne santé, de bon
niveau culturel, actifs sur le plan intellectuel et bien intégrés socialement auraient plus de chances d’échapper à la détérioration
intellectuelle et au déclin de la mémoire. Le type de matériel utilisé peut également influencer les résultats des sujets selon leur
intérêt pour ce matériel, la connotation affective de ce dernier,
de même que l’état émotionnel des sujets et la congruence entre
cet état au moment de l’encodage et du rappel (Syssau, 1998,
pour revue).
La compréhension des effets de l’âge sur la mémoire nécessite par
conséquent une approche multifactorielle où différentes variables
doivent être prises en compte à la fois.

MÉMOIRE ET VIEILLISSEMENT PATHOLOGIQUE
Les troubles de mémoire constituent un des critères nécessaires
pour établir le diagnostic de maladie d'Alzheimer (McKhann et al.,
1984) et sont souvent décrits comme étant les symptômes les plus

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 38

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

LE VIEILLISSEMENT NORMAL ET PATHOLOGIQUE DE LA MÉMOIRE

MÉMOIRE ÉPISODIQUE
Ce système mnésique est le plus fréquemment et le plus précocement affecté dans la maladie d'Alzheimer, ce qui se traduit par de
faibles performances dans des épreuves de rappel libre, de rappel
indicé et de reconnaissance. La perturbation porterait essentiellement sur l’étape d’encodage compte tenu de l’absence d’amélioration significative des performances en rappel indicé et en reconnaissance. Ce déficit prédominant de l’encodage a conduit Grober
& Buschke (1987) à qualifier les troubles mnésiques de la maladie
d'Alzheimer « d’authentiques » par opposition aux troubles « apparents » des pathologies sous-corticales caractérisées par un déficit
de la récupération. Les déficits d’encodage relevés dans la maladie
d'Alzheimer seraient liés à un trouble de l’organisation sémantique : le fait que certains items ne soient jamais rappelés suggère
que les patients ont stocké une information insuffisante et sousspécifiée de ces items, ce qui ne permet pas de les caractériser de
manière unique, et ils peuvent donc être confondus avec d’autres
items sémantiquement proches.
Les troubles épisodiques pourraient également être dus à une
mauvaise consolidation des nouvelles informations lors de la
phase de stockage. Ce dysfonctionnement se traduit par un oubli
plus rapide des informations correctement encodées, et pourtant
répétées lors d’essais successifs ou par un taux d’oubli important
évalué après rappel différé.
Ces troubles mnésiques seraient également associés à une perturbation de la phase de récupération. Cette perturbation est mise en
évidence par l’efficacité, bien que relative, de la présentation d’in-

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 39

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

précoces de l’affection. Du fait de leur apparition insidieuse, ils
sont souvent mis sur le compte de l’âge, suivant le stéréotype
selon lequel il est banal de perdre la mémoire en vieillissant. Les
troubles mnésiques les plus évocateurs sont des difficultés à
apprendre de nouvelles informations, des oublis d’événements
vécus récemment et des oublis d’actes à effectuer. Ils sont souvent
associés, dès le début de la maladie, à une désorientation spatiale
et temporelle. L’ensemble des difficultés mnésiques a fait l’objet de
nombreuses investigations neuropsychologiques, lesquelles ont
permis de décrire les systèmes mnésiques perturbés ou préservés
aux stades légers à modérés de la maladie d'Alzheimer.

LE VIEILLISSEMENT NORMAL ET PATHOLOGIQUE DE LA MÉMOIRE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

L’étude de la mémoire épisodique est déterminante pour diagnostiquer précocement la maladie d'Alzheimer car cette affection se
singularise, dès les premiers stades d’évolution, par de nombreux
troubles épisodiques inexistants dans le vieillissement normal :
déficit marqué du rappel libre différé avec un taux d’oubli important, présence de fausses reconnaissances, supériorité de l’effet de
récence sur l’effet de primauté, intrusions nombreuses et précoces.
Néanmoins, les anomalies citées précédemment ne doivent pas
être considérées isolément, car aucune n’est suffisamment sensible
et spécifique pour permettre le diagnostic différentiel d’un sujet
testé.

MÉMOIRE DE TRAVAIL
La plupart des études montrent une perturbation de la mémoire
de travail dans la maladie d'Alzheimer. En effet, on observe des
performances déficitaires dans les épreuves d’empan. Comme l’indiquent les performances aux tâches d’attention divisée ou au
paradigme de Brown-Peterson, la perturbation majeure de la
mémoire de travail dans la maladie d'Alzheimer se situe au niveau
du système central exécutif qui contrôle et coordonne les opérations de traitement. Cependant, le dysfonctionnement du système
central exécutif ne serait pas isolé : il pourrait également être associé à un déficit de la boucle phonologique, voire à une perturbation du calepin visuo-spatial.

MÉMOIRE SÉMANTIQUE
Les troubles de mémoire sémantique peuvent survenir précocement dans la maladie d'Alzheimer et se traduisent par un discours
spontané vague, composé de mots imprécis et de circonlocutions.
Les épreuves de dénomination, de fluence (évocation lexicale) ou
de vocabulaire sont les plus fréquemment utilisées pour évaluer
les troubles sémantiques dans la maladie d'Alzheimer et permettent de mettre en évidence certaines erreurs caractéristiques d’une
perturbation de la mémoire sémantique. Ainsi, les épreuves de
dénomination d’objets provoquent des paraphasies sémantiques

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 40

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

dices lors de l’encodage et de la récupération. Malgré tout, les performances en rappel indicé des patients avec maladie d'Alzheimer
restent nettement inférieures à celles des sujets sains et à celles de
patients souffrant de démence sous-corticale.

Malgré l’inconstance des troubles sémantiques, la maladie
d'Alzheimer peut débuter par un déficit marqué de la mémoire
sémantique. L’examen de la mémoire sémantique doit donc se
faire précocement car elle semble constituer une variable perti-

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 41

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

et des réponses superordonnées (Martin & Fedio, 1983). Dans les
épreuves d’évocation lexicale, les patients avec maladie d'Alzheimer ont plus de difficultés en fluence catégorielle (générer des
exemplaires d’une catégorie donnée telle que les animaux ou les
fruits) qu’en fluence orthographique (générer des mots commençant par une lettre précise comme le P ou le R). Malgré ce consensus quant à l’existence de troubles sémantiques au cours de l’évaluation de la maladie d'Alzheimer, la nature de ces déficits reste
imprécise et deux thèses contradictoires sont généralement avancées pour les expliquer. Pour certains auteurs (Nebes et al., 1989),
les patients avec maladie d'Alzheimer souffriraient d’un déficit
d’accès aux connaissances au sein d’un stock sémantique relativement intact. Au contraire, d’autres auteurs (Chertkow et al., 1989)
suggèrent une dégradation de l’organisation et de la structure de
la mémoire sémantique ainsi qu’une perte spécifique et progressive des concepts et de leurs attributs. Bandera et al. (1991) ont distingué deux sous-groupes de patients avec maladie d'Alzheimer,
l’un se caractérisant par des troubles du stock sémantique, l’autre
par des difficultés d’accès aux connaissances sémantiques. En fait,
le degré de sévérité de la maladie pourrait influencer la nature de
ces troubles : le déficit d’accès aux représentations sémantiques
précéderait leur dégradation (Cardebat et al., 1995). Shallice (1987)
a proposé plusieurs critères en faveur d’une perturbation centrale
de la mémoire sémantique : la constance des erreurs d’une
épreuve à l’autre et lors d’examens répétés, l’absence de facilitation par indiçage sémantique, l’atteinte préférentielle des items
peu fréquents, et la perte sélective des attributs spécifiques des
concepts contrastant avec une préservation des informations
superordonnées. Selon une conception hiérarchique de la
mémoire sémantique, la maladie d'Alzheimer provoque une
dégradation partielle et progressive de la mémoire sémantique,
affectant d’abord les attributs spécifiques et épargnant les connaissances catégorielles, au moins au début de la maladie. C’est cette
dégradation de bas en haut de la mémoire sémantique qui entraînerait la production de paraphasies sémantiques, des erreurs dans
les tâches de définition et une réduction du nombre d’exemplaires
cités en fluence verbale (Eustache & Desgranges, 1997).

LE VIEILLISSEMENT NORMAL ET PATHOLOGIQUE DE LA MÉMOIRE

nente pour distinguer la maladie d'Alzheimer d’autres pathologies
telles que la démence à corps de Lewy.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

De nombreux travaux ont exploré les effets d'amorçage perceptif
dans la maladie d'Alzheimer et ont montré des performances normales dans la plupart des cas. Cependant, lorsque l'amorçage perceptif est évalué à l'aide du complètement de trigrammes, on
relève presque autant d'études qui concluent à un amorçage préservé qu'à un amorçage perturbé. Ceci montre qu’un même paradigme peut donner des résultats différents selon la nature des
consignes et des traitements opérés par les sujets (Desgranges et
al., 1996).
L’étude des effets d'amorçage sémantique dans la maladie
d'Alzheimer a mené à des résultats contradictoires puisque tous les
profils de résultats ont été observés ! En effet, certains auteurs relèvent des performances inférieures à la population témoin, équivalentes ou encore supérieures (hyperamorçage) (Chertkow et al.,
1989). Cette divergence de résultats est en partie due à la diversité
des paradigmes expérimentaux utilisés. Cependant, le facteur
déterminant l'ampleur des effets d'amorçage sémantique dans la
maladie d'Alzheimer serait le degré de sévérité des troubles
sémantiques des patients ainsi que le matériel d'étude (Giffard et
al., 2001). Le suivi longitudinal d'un groupe de patients a permis
d'observer différents profils d'amorçage sémantique (hyperamorçage, amorçage équivalent et inférieur à un groupe témoin) au fil
de la détérioration progressive de bas en haut (c'est-à-dire des
attributs spécifiques aux connaissances superordonnées des
concepts) de la mémoire sémantique (Giffard et al., soumis).

MÉMOIRE PROCÉDURALE
La plupart des études évaluant les capacités de mémoire procédurale dans la maladie d'Alzheimer ont proposé l’apprentissage
de procédures perceptivo-motrices et ont montré une relative préservation de cet apprentissage dans les épreuves du Rotor test ou
d'apprentissage de labyrinthe. Les études concernant l’apprentissage de procédures perceptivo-verbales comme la lecture en
miroir dans la maladie d'Alzheimer sont plus rares et moins
consensuelles, et cette hétérogénéité s’explique en partie par des

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 42

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

EFFETS D'AMORÇAGE

Les résultats relevés dans la maladie d'Alzheimer convergent vers
une relative préservation de cette mémoire. Toutefois, les épreuves
qui impliquent des processus perceptifs et/ou moteurs simples
sont vraisemblablement mieux réussies que les tâches qui impliquent des traitements cognitifs complexes.
Les troubles de mémoire constituent le symptôme le plus fréquent
et parmi les plus précoces de la maladie d'Alzheimer. Les études
neuropsychologiques récentes ont cependant montré que les déficits mnésiques n'affectaient pas nécessairement tous les systèmes
de mémoire de la même façon. Elles ont également mis en évidence l'importante hétérogénéité des déficits mnésiques consécutifs à la maladie d'Alzheimer. Par ailleurs, il apparaît que ces difficultés sont en partie la conséquence de perturbations diverses
telles qu'un dysfonctionnement des fonctions exécutives (Desgranges et al., 2000).
Le vieillissement normal et le vieillissement pathologique (et plus
précisément la maladie d'Alzheimer) semblent affecter de façon
préférentielle les mêmes systèmes mnésiques, à savoir la mémoire
épisodique et la mémoire de travail. La nature de ces déficits mnésiques est en accord avec le modèle monohiérarchique de Tulving
(1995) selon lequel les systèmes mnésiques du bas de la pyramide
(mémoire procédurale, PRS, mémoire sémantique) seraient plus
résistants que les systèmes du sommet de la pyramide. Cependant,
ces différents systèmes sont affectés à des degrés bien supérieurs
dans le vieillissement pathologique, et la nature de ces déficits est
sensiblement différente de celle du vieillissement normal.

...

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 43

...

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

différences méthodologiques entre les études. La littérature
concernant la mémoire procédurale cognitive chez les patients
atteints de maladie d'Alzheimer est encore moins dense. A l’aide
d’une épreuve de résolution de la tour de Hanoï, Beaunieux (1999)
a mis en évidence une altération de l’acquisition des habiletés
cognitives dans la maladie d'Alzheimer, laquelle serait liée à une
réduction des capacités de la mémoire de travail.

LE VIEILLISSEMENT NORMAL ET PATHOLOGIQUE DE LA MÉMOIRE

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

Complètement de trigrammes : cette épreuve permet de mesurer
les effets d'amorçage. Lors de la phase d'étude, le sujet doit faire
une tâche avec des mots (bretelle, par exemple). Lors de la phase
de test, il doit compléter des trigrammes parmi lesquels certains
correspondent au début des mots traités lors de la phase d'étude
(BRE) et d'autres n'ont pas été traités précédemment (CAR). Un
effet d'amorçage se traduit par la restitution préférentielle des
mots traités lors de la phase d'étude.
Effets d'amorçage : ils se traduisent par la modification du traitement d’un stimulus, à l’insu du sujet, à la suite d’une présentation
de ce même stimulus (effets d'amorçage direct) ou d’un stimulus
apparenté (effets d'amorçage indirect). L’amorçage perceptif
requiert un traitement global de la structure du stimulus amorce et
dépend d’un système de représentation perceptive (Perceptual
Representation System, PRS) qui opère à un niveau pré-sémantique.
Au contraire, les effets d'amorçage sémantique dépendent de la
mémoire sémantique et nécessitent un traitement sémantique du
stimulus amorce et/ou un lien sémantique entre l’amorce et la cible.
Mémoire de travail : elle est conçue comme un système de
mémoire à court terme qui permet de conserver momentanément
l'information. La mémoire de travail est composée du système central exécutif (contrôle et coordonne les opérations de traitement),
de la boucle articulatoire (système esclave du système central exécutif responsable du stockage et du rafraîchissement de l'information verbale) et du calepin visuo-spatial (système esclave impliqué
dans le maintien des informations spatiales et visuelles) permettant
le maintien temporaire et la manipulation des informations (par
exemple, composer un numéro de téléphone que l'on vient de
lire). Les capacités de ce système de mémoire sont mesurées à
l'aide de la tâche d'empan verbal endroit (restituer des chiffres
immédiatement après les avoir vus ou entendus et dans l'ordre où
on les a fourni) ou envers (restituer les chiffres dans l'ordre inverse)
ou du paradigme de Brown-Peterson (apprentissage d'une courte
liste de mots et, après une tâche distractrice d'une durée comprise
entre 0 et 18 secondes, restitution des mots).
Mémoire épisodique : ce système mnésique permet l'encodage, le
stockage et la récupération des expériences acquises dans un

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 44

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

GLOSSAIRE

Mémoire procédurale : non accessible à la mémoire, elle permet
d'acquérir des habiletés progressivement, avec l'entraînement,
sans référence aux expériences antérieures. Indissociable de l'action, elle s'exprime au cours de l'activité du sujet. La mémoire procédurale est mise en jeu lors de l'acquisition et de la rétention d'habiletés, comme jouer du piano ou conduire une voiture. Les
capacités d'apprentissage procédural sont évaluées à l'aide du
Rotor test (poursuivre une cible en rotation avec un stylet le plus
longtemps possible), de la lecture en miroir (lire le plus rapidement
possible des mots présentés en miroir), de la tour de Hanoï (reconstituer sur une tige d'arrivée une pyramide de palets placés sur une
tige de départ en déplaçant un seul palet à la fois et en ne plaçant
jamais un palet plus grand sur un plus petit).
Mémoire sémantique : elle est la mémoire des concepts, des idées
et des faits indépendants du contexte spatio-temporel d’acquisition (par exemple, savoir que Paris est la capitale de la France). Cet
ensemble de connaissances conceptuelles acquises permet la compréhension du monde environnant. Les capacités de mémoire
sémantique sont évaluées avec les épreuves de fluence verbale
sémantique ou évocation lexicale (évoquer en 2 minutes le maximum d'exemplaires appartenant à une catégorie proposée), de
dénomination (dénommer des dessins d'objets), ou de vocabulaire
(définir des concepts).

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 45

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

contexte spatio-temporel précis. La mémoire épisodique soustend le souvenir des épisodes personnellement vécus (par
exemple, se souvenir d'être allé jouer au tennis avec un ami hier).
Elle est classiquement évaluée par des épreuves de rappel libre
(rappeler sans aucune aide de l'expérimentateur le matériel appris
précédemment), de rappel indicé (rappeler le matériel appris précédemment à l'aide d'un indice, souvent sémantique, proposé par
l'expérimentateur) ou de reconnaissance (reconnaître dans une
liste de stimuli ceux qui ont été appris précédemment et ceux qui
n'ont pas été traités), que le matériel soit verbal ou non verbal.

LE VIEILLISSEMENT NORMAL ET PATHOLOGIQUE DE LA MÉMOIRE

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

dementia of Alzheimer type. Neuropsychologia, 29, 291-304.
BEAUNIEUX H. (1999). Apprentissage
procédural et mémoire procédurale dans
le vieillissement normal et la maladie
d’Alzheimer. Thèse de Doctorat de
Psychologie (Caen).

DESGRANGES B., FAURE S., EUSTACHE F. (2000). L'évaluation des syn-

dromes démentiels (319-336). In : X.
Séron, M. Van der Linden (Eds.), Traité de
Neuropsychologie Clinique; tome 1,
Marseille : Solal, 494 p.
EUSTACHE F., DESGRANGES B.
(1997). Les systèmes de mémoire dans la

maladie d'Alzheimer. Psychologie Française, 42, 391-402.

BEAUNIEUX H., DESGRANGES B.,
BENALI K., EUSTACHE F. (soumis). The

EUSTACHE F., DESGRANGES B.,
JACQUES V., PLATEL H. (1998).

effect of age on cognitive procedural learning : The impairment of non-procedural
components slows the dynamics of learning. The Quarterly Journal of Experimental Psychology.

Preservation of the attribute knowledge
of concepts in normal aging groups.
Percept.Mot.Skills, 87, 1155-1162.

BELLEVILLE S., PERETZ I., MALENFANT D. (1996). Examination of the

EUSTACHE F., RIOUX P., DESGRANGES B., MARCHAL G., PETITTABOUÉ M., DARY M. LECHEVALIER
B., BARON J. (1995). Healthy aging,

working memory components in normal
aging and in dementia of the Alzheimer
type. Neuropsychologia, 34, 195-207.

memory subsystems and regional cerebral
oxygen consumption. Neuropsychologia,
7, 867-887.

CARDEBAT D., AITHAMON B., PUEL
M. (1995). Les troubles du langage dans

GIFFARD B., DESGRANGES B.,
NORE-MARY F., LALEVÉE C., DE LA
SAYETTE V., PASQUIER F., EUSTACHE
F. (2001). The nature of semantic

les démences de type Alzheimer (213-223).
In : F. Eustache, A. Agniel (Eds), Neuropsychologie clinique des démences : Évaluations et prises en charge, Marseille : Solal.
CHERTKOW H., BUB D., SEIDENBERG M. (1989). Priming and semantic

memory loss in Alzheimer's Disease. Brain
and Language, 36, 420-446.
CLARYS D. (2001). Psychologie de la
mémoire humaine : De nouvelles avancées théoriques et méthodologiques.
L'Année Psychologique, sous presse.

memory deficits in Alzheimer’s disease :
New insights from hyperpriming effects.
Brain, sous presse.
GIFFARD B., DESGRANGES B.,
NORE-MARY F., LALEVÉE C., DE LA
SAYETTE V., PASQUIER F., EUSTACHE
F. (soumis). The dynamic time-course of

semantic memory deterioration in Alzheimer's disease. Science.
GROBER E., BUSCHKE H. (1987).

DESGRANGES B., EUSTACHE F.,
RIOUX P. (1994). Effets de l’âge et du

Genuine memory deficits in dementia.
Developmental Neuropsychology, 3, 13-36.

niveau d’étude sur différents sous-systèmes mnésiques. L’Année Psychologique,
94, 345-368.

ISINGRINI M., FONTAINE R.,
TACONNAT L., DUPORTAL A. (1995).

DESGRANGES B., EUSTACHE F.,
RIOUX P., DE LA SAYETTE V., LECHEVALIER B. (1996). Memory disorders in

Aging and encoding in memory : false
alarms and decision criteria in a wordpair recognition task. Int.J.Aging
Hum.Dev., 41, 79-88.

Alzheimer’s disease and the organization
of human memory. Cortex, 32, 387-412.

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 46

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

BANDERA L., DELLA SALA S., LAIACONA M., LUZZATI C., SPINNLER H.
(1991). Generative associative naming in

MCKHANN G., DRACHMAN D., FOLSTEIN M., KATZMAN R., PRICE D.,
STADLAN E. (1984). Clinical diagnosis

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

of Alzheimer’s disease : Report of the
NINCDS-ADRDA Work Group under the
auspices of Department of Health and
Human Services Task Force in Alzheimer’s
disease. Neurology, 34, 939-944.
NEBES R.D., BRADY C.B., HUFF F.J.
(1989). Automatic and attentional

mechanisms of semantic priming in
Alzheimer's disease. Journal of Clinical
and Experimental Neuropsychology, 11,
219-230.
PIOLINO P., DESGRANGES B.,
EUSTACHE F. (2000). La mémoire auto-

biographique : Théorie
Marseille : Solal, 230 p.

et

pratique.

SHALLICE T. (1987). Impairments of

semantic processing : multiple dissociations (111-129). In : M. Corltheart, R.Job,
G. Sartori (Eds), The cognitive neuropsychology of language, London : Lawrence
Erlbaum Associates.
SMALL B.J., HULTSCH D.F., MASSON
M.E. (1995). Adult age differences in per-

ceptually based, but not conceptually
based implicit tests of memory.
J.Gerontol.B.Psychol.Sci.Soc.Sci., 50, 162170.
SYSSAU A. (1998). Le vieillissement de
la mémoire : Approche globale et approche analytique. L’Année Psychologique,
98, 451-473.
TULVING E. (1995). Organization of
memory : Quo vadis ? (839-847). In :
M.S.Gazzaniga (Ed), The cognitive neurosciences, Cambridge : MIT Press.
TULVING E., SCHACTER D.L. (1990).

Priming and human memory systems.
Science, 247, 301-306.

Gérontologie et Société - n° 97 - juin 2001

page 47

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.187 - 11/05/2013 00h17. © Fond. Nationale de Gérontologie

MARTIN A., FEDIO P. (1983). Word
production and comprehension in Alzheimer's disease : The breakdown of semantic knowledge. Brain and Language, 19,
124-141.


Documents similaires


pm refl clini
memoire diu trp musicotherapie chapuis ludovic
nocivite de l e cole normale
m2i1wos
nocivite de l agre gation
fadoc catalogue sejours vacances 2016


Sur le même sujet..